Que se cache-t-il sous la Dentelle ?

 

Vu l’étendue de mon derrière j’ai bien envie de répondre l’état du Nevada… Allez, un peu de sérieux !

Celle que tout le monde voit

Si tu me croisais dans la rue, tu ne ferais très certainement pas attention à moi. J’ai une apparence très ordinaire, j’aime être discrète et je ne suis pas particulièrement féminine. La mode ne m’intéresse absolument pas et j’ai la chance de pratiquer un métier qui ne nécessite pas de prendre particulièrement soin de soi, du coup je ne fais pas trop d’efforts. Non, s’il y a bien une thématique que je n’aborderais pas souvent par ici, c’est la mode.

Si néanmoins tu me remarquais, tu n’aurais pas spontanément envie de venir vers moi, sauf si tu avais pour but de me faire signer une pétition (s’il te plait ne me fait pas signer de pétition) car je suis du genre repliée sur moi-même, à regarder vers le sol, à fuir le moindre regard. Oui, oui, tu l’as compris, je suis mal dans ma peau.

 

Celle que je vois

D’ailleurs lorsque j’enlève cette couche de vêtement, l’image que me renvoie mon miroir, je ne la reconnais pas. Ce corps ne me correspond pas, ou plutôt il ne correspond pas à l’image que je me fais de moi-même. Je m’imagine élancée et pétillante, et pourtant…

Et pourtant ces mollets dodus, ces cuisses potelées qui se touchent et frottent, ce ventre bien trop rebondi qui peine à rentrer dans des jeans, cette poitrine charnue qui manque cruellement de fermeté, ces bras flasques, ce double menton, ce corps légèrement vouté… Ce sont les miens. C’est étrange car aussi loin que ma mémoire remonte j’ai toujours été en surpoids et pourtant, à chaque fois que je vois mon reflet dans un miroir ou dans une vitrine j’en suis étonnée. Je crois que ce mal-être est amplifié par un profond manque de confiance en moi. J’envie tellement les personnes sur d’elles qui assument leur corps quel qu’il soit, celles qui sont capable de faire de leurs imperfections de véritables atouts.

J’ai d’ailleurs découvert il y a peu, qu’on pouvait complexer d’un manque de forme. Cela à été pour moi une véritable révélation et j’ai mis longtemps à m’en remettre. Mes parents m’auraient menti ? L’idéal féminin auquel j’ai été comparé toute ma vie ne serait qu’un écran de fumée ? Ce qui signifie que je n’accepterai pas forcément mieux mon corps si je n’étais pas en surpoids…

J’ai donc décidé d’arrêter ma 1547ème tentative de régime, de toute façon elle était voué à l’échec comme toutes les autres, et je me suis promis de faire la paix avec la nourriture, de faire la paix avec mon corps.

Lorsqu’on a été conditionnée à « ne pas manger cela parce que ça fait grossir » ou à « rentrer son ventre parce que c’est moche » pendant toute une enfance et adolescence, apaiser ces relations n’est pas une chose facile. Je ne me sentais pas d’y arriver seule, et pour m’aider, j’ai choisi d’être suivie par une diététicienne spécialisée en psycho-nutrition. Le chemin est long pour dénouer tous ces nœuds, mais j’ai confiance, je sais que je vais y arriver.

Lors d’un entretien où nous discutions de mon rapport à mon corps, ma diététicienne, appelons-la Julie, m’a dit quelque chose de tellement évident que je l’avais oublié :

On ne se résume pas à son enveloppe

C’est tellement vrai ! Je n’ai jamais apprécié ou détesté quelqu’un parce qu’il ou elle a les yeux marrons, de grandes oreilles, 7 kilos de trop ou de petits pieds. Et logiquement la réciproque est vraie aussi, mes proches ne m’aiment pas moins parce que mon IMC est dans le rouge.

 

Faisons tomber le voile

Alors que se cache-t-il sous la Dentelle ?

C’est un exercice difficile de définir quels sont les traits de caractères que nos proches apprécient chez nous. J’imagine qu’ils me trouvent sympa, d’un tempérament calme, peut-être un peu têtue mais que ça les fait bien marrer. Je pense qu’ils m’apprécient pour être droite dans mes bottes, et très certainement parce que je fais bien la cuisine ? Ce qui est certain, c’est que je les fais souvent rire malgré moi (sache que l’héroïne à laquelle je m’identifie le plus est Bridget Jones).

Enfin, quoi qu’il en soit, le plus simple c’est encore de se faire sa propre opinion…

 

 

 

Cet article fait parti du projet #52dentelles. Retrouvez les articles des copines sur Instagram et Facebook ! #dentelle